pirate


pirate

pirate [ pirat ] n. m.
• 1213; lat. pirata, gr. peiratês
1Anciennt Aventurier qui courait les mers pour piller les navires de commerce. boucanier, corsaire, écumeur, flibustier, forban. « purger les mers des pirates qui les infestaient » (Bossuet). « La tête de mort est l'emblème bien connu des pirates » (Baudelaire). Mod. Des pirates ont attaqué les boat people.
Bateau pirate, ou pirate : navire monté par des pirates.
2 (1969) Pirate de l'air : individu armé qui prend en otage l'équipage et les passagers d'un avion.
3Fig. Individu sans scrupules, qui s'enrichit aux dépens d'autrui, dans la spéculation. bandit, escroc, filou, voleur.
Pirate informatique, qui pirate les logiciels ou s'introduit dans un système informatique par défi ou pour en tirer profit. ⇒ 2. cracker, hacker (anglic.).
4(v. 1966) Adj. ou second élément de subst. comp. Clandestin, illicite. Radio pirate, qui émet sans autorisation. Les radios pirates. Émetteur pirate, enregistrement pirate, édition pirate.

pirate nom masculin (latin pirata, du grec peiratês) Aventurier qui courait les mers pour se livrer au brigandage, attaquant les navires de commerce. Personne qui commet un acte de piraterie. Littéraire. Personne qui pille, s'enrichit des dépouilles d'autrui : Les pirates de la finance. Personne qui pille les ouvrages des autres en copiant ou en démarquant. En apposition avec ou sans trait d'union, indique qu'une activité se déroule dans la clandestinité, en dehors de la légalité, qu'un produit est ainsi obtenu : Radio-pirate. Édition pirate. Informatique Personne qui contourne à des fins malveillantes ou même détruit les protections d'un logiciel, d'un ordinateur ou d'un réseau informatique. ● pirate (citations) nom masculin (latin pirata, du grec peiratês) Aimé Césaire Basse-Pointe, Martinique, 1913 Liberté mon seul pirate. Cadastre, Batouque Le Seuilpirate (difficultés) nom masculin (latin pirata, du grec peiratês) Sens Ne pas confondre ces deux mots souvent employés l'un pour l'autre. 1. Corsaire n.m. = capitaine ou marin d'un navire n'appartenant pas à la marine de guerre, mais habilité par son gouvernement à capturer des bâtiments ennemis (XVe - XIXe s.) ; un tel navire. 2. Pirate n.m. = bandit qui parcourt les mers pour se livrer au pillage. Remarque Un corsaire agissait en vertu de lettres de course délivrées par son gouvernement. Véritable entrepreneur en guerre maritime, il jouissait en France de la considération publique, à l'égal au moins des autres capitaines ou armateurs. S'il était pris, il était traité comme un prisonnier, avec les égards dus à un commandant de navire. Le pirate, qui se livrait à des exactions aussi bien en temps de paix qu'en temps de guerre, n'était qu'un malfaiteur et il était traité comme tel s'il était capturé. ● pirate (expressions) nom masculin (latin pirata, du grec peiratês) Pirate de l'air, personne qui, par la menace, contraint l'équipage d'un avion à changer de destination ou met en danger la vie des passagers et de l'équipage, devenus des otages, en exerçant un chantage. ● pirate (synonymes) nom masculin (latin pirata, du grec peiratês) Aventurier qui courait les mers pour se livrer au brigandage...
Synonymes :
- écumeur[des mers]
Littéraire. Personne qui pille , s'enrichit des dépouilles d'autrui
Synonymes :
Personne qui pille les ouvrages des autres en copiant ou...
Synonymes :
Informatique. Personne qui contourne à des fins malveillantes ou même détruit...
Synonymes :

pirate
n. m.
d1./d Aventurier qui court les mers pour piller les navires dont il parvient à se rendre maître.
|| Navire monté par des pirates. Couler un pirate.
d2./d Par ext. Pirate de l'air: personne qui détourne par la menace un avion de sa destination.
d3./d Fig. Individu sans scrupules qui s'enrichit aux dépens des autres.
d4./d (Adj. ou comme second élément de noms composés.) Qui ne respecte pas les lois, les règlements; illicite, clandestin. Enregistrement pirate. Radio-pirate.

⇒PIRATE, subst. masc.
A. —1. Aventurier qui court les mers pour piller les navires de commerce ou les côtes. Synon. boucanier, écumeur, flibustier, frère de la côte (vx). Tête de pirate. Il tomba entre les mains des pirates (Ac.). Plusieurs pirates enterraient dans le sable des îles des coffres lourds de lingots (SCHWOB, Monelle, 1894, p.144). Les villages juchés sur les hauteurs rappellent l'ancienne insécurité de la côte... Les pirates de Grèce, de la Tripolitaine, de l'Algérie, du monde slave en face (BARRÈS, Cahiers, t.9, 1911, p.104). Au neuvième siècle ces pirates danois, installés, assagis, ont refait de Londres la plus grande place de commerce du nord (MORAND, Londres, 1933, p.5):
1. On peut se le représenter vagabond, chef de brigands, incendiaire, pirate sans merci, combattant des deux mains comme ce flibustier de cauchemar qui ne bondissait sur les galions de Vera-Cruz ou de Maracaïbo qu'après avoir allumé une chandelle dans chacune des boucles de ses interminables cheveux noirs.
BLOY, Femme pauvre, 1897, p.145.
2. P. ext.
a) Celui qui s'empare illégalement par la force de biens d'autrui ou de personnes. Synon. bandit, voleur. C'est un pirate, un vrai pirate (Ac. 1835-1935). Qui? Ce maudit Harris! Cet américain d'enfer! Ce pirate exécrable! Ce voleur d'enfants! Cet assassin de jeunes filles! (ABOUT, Roi mont., 1857, p.254). C'est un sombre vol de cinq cents cavaliers, Pirates du désert, vivant sémoûn (var. de simoun) qui rôde, Jour et nuit, à travers les sables familiers (LECONTE DE LISLE, Poèmes trag., 1884, p.123).
Empl. prédicatif. L'Angleterre varie beaucoup moins qu'on ne croit. Elle est restée pirate (MAURRAS, Kiel et Tanger, 1914, p.104).
En partic. Pirate de l'air. Individu qui s'empare par la menace d'un avion, généralement afin d'exiger la satisfaction de certaines exigences. 16 h 15, le Boeing décolle sans autorisation d'atterrir, après le refus des autorités bulgares d'accueillir l'avion détourné. Les pirates de l'air annoncent leur intention de faire escale à Athènes (Libération, 29 août 1983, p.36, col. 2).
b) P. anal. Individu qui s'enrichit ou acquiert une position sociale aux dépens d'autrui, par escroquerie, spéculation. Synon. aventurier, bandit, escroc, filou, requin. En ce bonhomme étrange [Clemenceau] il [Drumont] a flairé depuis longtemps (...) le pirate de la politique (BERNANOS, Gde peur, 1931, p.391). Soyons prêts à nous défendre. C'est que nous allons tomber sur des pirates, sur de véritables requins (DUHAMEL, Notaire Havre, 1933, p.162).
c) Vieilli. Individu qui s'empare du contenu des oeuvres artistiques ou intellectuelles en les copiant ou les plagiant, ou en les reproduisant illicitement. Beau tableau à faire: la canaille littéraire; Ne pas oublier un portrait de Forgues, le pirate, l'écumeur de lettres (BAUDEL., Coeur nu, 1867, p.661).
B.En appos. ou en compos.
1. Navire-pirate, bâtiment-pirate, bateau-pirate. Navire utilisé par les pirates, dont l'équipage se livre à des actes de piraterie. Sans lui que serais-tu devenu, pauvre cher brick?... Quelque infâme bâtiment pirate (SUE, Atar-Gull, 1831, p.22). Insulté par un hercule, le chef de la bande, il le tuait à coups de poings, prenait sa place et ressortait, roi des truands, juste à temps pour embarquer ses troupes sur un bateau-pirate (SARTRE, Mots, 1964, p.177).
P. métaph. Oh! sur le pont, là-haut, le vent long et féroce, le vent-pirate sifflant dans les cordages (LARBAUD, Barnabooth, 1913, p.66).
P. méton. Navire pirate. Dix fois plus vive qu'un pirate, En cent jours du Havre à Surate Elle nous emporta souvent (VIGNY, Poèmes ant. et mod., 1837, p.209). Il espérait le séparer de son navire, s'emparer du Duncan et faire de ce yacht un pirate du Pacifique (VERNE, Île myst., 1874, p.382).
2. Usuel. Subst. + pirate
a) [S'emploie pour indiquer que l'existence du référent du subst. résulte d'une infraction délibérée à la législation ou à une règle implicitement établie] Synon. hors-la-loi. Édition-pirate; taxi-pirate; radio-pirate, émission pirate. Les usines pirates planquées sous de fausses raisons sociales, où triment des esclaves de treize ans vendus par leur famille (J.-C. GUILLEBAUD, Un Voyage vers l'Asie, Paris, éd. du Seuil, 1979, p.132). Le festival [de la photo, à Arles] sécrète déjà ses signes extérieurs de réussite. Son antifestival, par exemple. Un accrochage pirate sur les parois d'une camionnette (Le Nouvel Observateur, 26 juill. 1976, p.39, col. 1).
b) En partic. [S'emploie pour indiquer que le référent du subst. s'approprie la forme et/ou plagie le contenu d'oeuvres antérieures en violation des lois protégeant la propriété artistique ou intellectuelle] C'est nous qui avons fait, en décembre 1943, une édition-pirate du «Nouvelliste», feuille super-collaboratrice (Le Nouvel Observateur, 26 janv. 1976, p.80, col. 2). Devenu quasi introuvable, le livre [«l'École des cadavres»] s'achète à prix d'or chez les bouquinistes. Et depuis peu, en photocopie-pirate (Le Point, 2 août 1976, p.73, col. 1):
2. «Macbeth» demeura un opéra mal aimé jusqu'à nos jours. Exactement jusqu'au soir de 1952 où Maria Callas, comme de coutume, en donna à la Scala une interprétation bouleversante, et dont nous savons, grâce à un disque pirate et à l'enregistrement des principaux airs effectué en 1959, qu'elle reste inégalée.
L'Express, 14 août 1978, p.19, col. 1.
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. Subst. 1. a) 1213 «navigateur interceptant les navires pour les piller» (Faits des Romains, éd. L.-L. Flutre et K. Sneyders de Vogel, 463, l. 11); b) 1837 «navire de pirates» (VIGNY, loc. cit.); 2. 1634 «individu sans scrupules qui s'enrichit aux dépens des autres» vray Corsaire et Pyrate d'Academie (de jeux) (Trad. A. J. DE SALAS BARBADILLO, Le Matois mary, 11 ds QUEM. DDL t.21); 1835 (Ac.: Il se dit, par extension, de Tout homme qui s'enrichit avec impudence aux dépens des autres, qui commet des exactions criantes. C'est un pirate, un vrai pirate); 3. 1969 pirates de l'air (La Croix, 19 déc. ds GILB. 1971). B. Empl. appos. et adj. 1773 vaisseau pirate (BERN. DE ST-P., Voyage à l'île de France, p.84); 1856 libraire pirate (SAINTE-BEUVE, Caus. lundi, t.13, p.10); 1931 araires pirates (GIONO, Gd troupeau, p.128); 1966 édition-pirate (Le Monde, 24 déc. ds GILB. 1971). Empr. au lat. pirata, -ae, lui-même empr. au gr. «brigand, pirate». Fréq. abs. littér.:354. Fréq. rel. littér.:XIXes.: a) 583, b) 952; XXes.: a) 247, b) 348. Bbg. CHAUTARD Vie étrange Argot 1931, p.469. —DUBUC (R.). Pirates de terre ferme. Meta. 1976, t.21, pp.141-142. —KEMNA 1901, p.90.

pirate [piʀat] n. m. et adj.
ÉTYM. 1213; lat. pirata, du grec peiratês.
A
1 Anciennt (encore dans certaines régions du monde, Asie notamment). Aventurier, bandit qui court les mers pour piller les navires. Écumeur (cit. 2), forban (→ Infester, cit. 2); aussi corsaire (cit. 2). || Marins qui se font pirates, qui équipent (cit. 2) un bateau pour faire une croisière de pirates. || Pirates des côtes d'Amérique. Boucanier, flibustier. || Drakkars des pirates normands au moyen âge. || Pirates qui hissent le pavillon à tête de mort (→ Emblème, cit. 2).
1 Errant de mers en mers, et moins roi que pirate,
Racine, Mithridate, II, 4.
1.1 Bob Harvey s'était emparé, sur les parages de l'île Norfolk, de ce brick, qui était chargé d'armes, de munitions, d'ustensiles et outils de toutes sortes, destinés à l'une des Sandwich. Toute sa bande avait passé à bord, et, pirates après avoir été convicts, ces misérables écumaient le Pacifique, détruisant les navires, massacrant les équipages, plus féroces que les Malais eux-mêmes !
J. Verne, l'Île mystérieuse, p. 616.
2 Il (Pompée) venait de purger les mers des pirates qui les infestaient depuis la Syrie jusqu'aux colonnes d'Hercule (…)
Bossuet, Disc. sur l'Hist. universelle, I, IX.
Par métonymie. Le navire monté par ces pillards. || Pirate battant pavillon noir.Appos. || Bateau pirate.
(1969). || Pirate de l'air : individu armé qui oblige par la menace l'équipage d'un avion à modifier sa destination.
2 Fig. Individu sans scrupules, qui s'enrichit aux dépens d'autrui. Bandit, escroc, filou, requin (fig.) voleur. || Les pirates de la finance. || C'est un pirate de grande envergure.
3 (Pour rendre l'angl. hacker et cracker). || Pirate informatique, pirate : personne qui s'introduit par effraction dans un système informatique, pour le plaisir de la performance ( anglic. Hacker) ou avec des intentions malveillantes ( anglic. 2. Cracker).
B (V. 1965). Adj., ou second élément de substantifs composés. Clandestin, illicite. || Émetteur, émission pirate. || Station pirate, radio pirate. || Édition pirate. || « L'arrivée de pétroliers pirates susceptibles de décharger des quantités substantielles de pétrole en contravention avec l'embargo… » (le Monde, 9 avr. 1966, in Gilbert).REM. Certains de ces syntagmes s'écrivent aussi avec le trait d'union.
DÉR. Pirater, piraterie.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • pirate — pi‧rate [ˈpaɪərət ǁ ˈpaɪrət] noun [countable] LAW 1. a person or organization that dishonestly copies and sells films, tapes etc for which the copyright (= legal ownership) belongs to others: • Manufacturers fear that the city may emerge as a new …   Financial and business terms

  • pirate — pirate, freebooter, buccaneer, privateer, corsair basically mean one who sails in search of plunder. Pirate suggests a person or a ship or its crew that without a commission from an established civilized state cruises about in quest of ships to… …   New Dictionary of Synonyms

  • pirate — pi·rate 1 / pī rət/ n: a person who commits piracy pirate 2 vb pi·rat·ed, pi·rat·ing vt: to take or appropriate by piracy; esp: to copy, distribute, or use without authorization esp. in infringement of copyright the pirated software piratin …   Law dictionary

  • Pirate — Pi rate, n. [L. pirata, Gr. ?, fr. ? to attempt, undertake, from making attempts or attacks on ships, ? an attempt, trial; akin to E. peril: cf. F. pirate. See {Peril}.] 1. A robber on the high seas; one who by open violence takes the property of …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Pirate TV — was a show on MTV that premiered January 26, 1990. Set on a boat that beamed illegal television signals, Pirate TV consisted of skits and parodies of commercials and television programs, including Rastapiece Theater , a takeoff of Masterpiece… …   Wikipedia

  • pirate — (n.) mid 13c., from O.Fr. pirate, from L. pirata sailor, sea robber, from Gk. peirates brigand, pirate, lit. one who attacks, from peiran to attack, make a hostile attempt on, try, from peira trial, an attempt, attack, from PIE root *per try (Cf …   Etymology dictionary

  • pirate — ► NOUN 1) a person who attacks and robs ships at sea. 2) (before another noun ) denoting a text, film, recording, etc. that has been reproduced and used for profit without permission: pirate videos. 3) (before another noun ) denoting an… …   English terms dictionary

  • Pirate — Pi rate, v. i. [imp. & p. p. {Pirated}; p. pr. & vb. n. {Pirating}.] [Cf. F. pirater.] To play the pirate; to practice robbery on the high seas. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Pirate — Pi rate, v. t. To publish, as books or writings, without the permission of the author. [1913 Webster] They advertised they would pirate his edition. Pope. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • pirate — Pirate, m. p. Est un mot pur Grec, mais nous n escrivons et ne prononçons la diphtongue Grecque {{t=g}}éi,{{/t}} que par i. ce qui monstre l erreur de ceux qui l escrivent par y. et signifie celuy qui va flottant sur la mer pour essayer son… …   Thresor de la langue françoyse